Léo Campion

Si les maçons anarchistes sont une infime minorité, la vocation libertaire de la Maçonnerie est indéniable
 » Ni Dieu, Ni Maître « 

Léo Campion

Venant d’autres Loges de la région grenobloise, rassemblés par des valeurs communes, douze Francs-maçons du Grand Orient de France, ont fondé  » Léo Campion  » le 8 juin 1996

Pourquoi ont-ils choisi ce patronyme ?
Parce que, chansonnier libertaire et Franc-maçon, intolérants avec les imbéciles heureux ou malheureux, Léo Campion traita, sa vie durant avec humour et dérision, les « Péremptoires » les « Trissotins » et « Les Fesse-mathieux ».
Comme lui, et selon le vœu des Fondateurs, nous perpétuons cet esprit dans un Atelier qui est un lieu de vie, de gausserie, de rires, d’échange d’idées, voire de franches engueulades.
Nous avons décidé d’être politiquement incorrectes, de pourfendre la pensée unique, de châtier le langage édulcoré. Nous appelons un mal entendant « un sourd », un non voyant « un aveugle » et un non comprenant « un con ».

Nous rejetons le terrorisme intellectuel et moral lénifiant que cherchent à nous imposer les politiciens, les médias, les publicitaires et autres plésiosaures grabataires liquides ou semi-liquides qui s’attachent à leurs avantages acquis, à leurs passe-droits, à leurs privilèges comme la vérole et les morpions s’attachent à … certains d’entre nous.

Notre recherche est progressiste c’est à dire qui ne se confine pas dans le passé, philanthropique : qui aime l’humanité, philosophique : qui recherche la sagesse.

Fidèles aux Idées Républicaines de notre Obédience nous travaillons, à notre manière, à défendre la Liberté, à promouvoir la laïcité, la solidarité, la fraternité et l’égalité entre tous les êtres humains, …femmes comprises.

Nous travaillons sérieusement, mais sans jamais nous prendre au sérieux.
Montesquieu ne disait-il pas : « La gravité est le bonheur des imbéciles ».

La porte de notre Loge est grande ouverte… à ceux qui se reconnaissent dans cet esprit. A ceux qui ont décidé de vivre debout, de parler de tout et d’en rire ;mais pas avec n’importe qui, car, pour citer encore notre Maître Léo Campion : 
« Il faut être impitoyable avec les cons, qui n’ont de cet organe, ni la saveur, ni la profondeur » 

L’atelier se réunit le premier et le troisième vendredi de chaque mois.